Pétrone Muzenga
Kikwit, 
Bandundu - RD Congo

Petrone est enseignante, vendeuse et membre de l'association féminine AFC qui est l'une des organisations partenaires du réseau MOCC. MOCC incite des petits commerçants comme Pétrone à se regrouper en coopératives dans lesquelles des initiatives d'économie sociale sont mises en place: fabrication de vin et de jus, fabrication de pâtisserie, culture maraîchère, tissage et tricotage. 

"Grâce à la vente de mes produits, nous avons pu adhérer à une mutuelle de santé."

"Je suis enseignante à l'Institut Mbandu, à Kikwit, ville au sud-ouest du Congo le long de la magnifique rivière Kwilu. Il y a six ans, je suis devenue membre de l'organisation de femmes AFC. Ce sont surtout les formations intéressantes qui m’ont attirée. Chaque année, nous pouvons suivre divers cours qui nous aident à augmenter nos revenus. Ces formations sont très larges. Il y a des cours techniques comme la transformation des fruits en jus, la fabrication de savons et de désinfectants,… Nous apprenons également à calculer les coûts et les bénéfices. Grâce aux cours de l'AFC, nous pouvons toujours améliorer notre approche. Je me concentre sur la production de désinfectants, de savon et de vin de papaye. Dans mon quartier où je vends mes produits, je suis connue sous le nom de 'maman Péto'. J'arrive chaque fois à vendre tous mes stocks assez facilement." >>
>> "Nous avons quatre enfants. La vente de mes produits nous a permis de nous affilier à une caisse d'assurance maladie. Nous sommes également membres du groupe d'épargne: nous versons dix dollars chaque dimanche. Ainsi, nous avons pu acheter un salon l'année dernière. Cette année, j'ai acheté un ensemble d'assiettes et de couverts. Petit à petit, nous améliorons notre foyer. 

Cette année, nous n’avons pas eu de chance car mon mari a perdu son emploi. Maintenant, la responsabilité du revenu familial repose entièrement sur mes épaules. Mon modeste salaire d'enseignante ne suffit pas à joindre les deux bouts. Mais grâce à mon petit commerce, pour le moment, on s’en sort plutôt bien.